Conditions facilitantes

Malgré les défis que comporte la collaboration, des stratégies à l’échelle systémique menées par le gouvernement peuvent aider à briser les vases clos et à envoyer un message clair que la collaboration est valorisée, importante et désirée. Ces conditions facilitantes créent des mécanismes potentiellement puissants pour soutenir les collaborations entre la santé publique et les services de première ligne à l’échelle systémique et pour assurer le leadership en modelant ces initiatives à l’intention de ceux qui travaillent à l’échelle organisationnelle.

Des structures de services de santé qui peuvent favoriser la collaboration comprennent, notamment

  • l’accès aux données de surveillance et aux bases de données;
  • l’accès à des lignes directrices et à des normes en matière de pratique;
  • la création de comités entre directions, divisions, et ministères;
  • le partage de portefeuilles entre santé publique et services de première ligne;
  • des initiatives provinciales qui exigent, ou à tout le moins encouragent, la collaboration entre les secteurs. Par exemple la lutte au HIV/AIDS (STOP HIV/AIDS® – consulter http://stophivaids.ca/ [en anglais seulement]);
  • des modèles de prestation de services qui facilitent et appuient la collaboration.

Accès aux Données de Surveillance et aux Bases de Données
Les praticiens ont déterminé qu’afin d’appuyer et de faciliter la collaboration entre la santé publique et les services de première ligne, ils doivent avoir accès aux données de surveillance pour les aider à définir la portée et l’étendue des problèmes de santé qui touchent les deux groupes (par exemple, la prévention et la gestion des maladies chroniques).

 

Public Health Nurse “Lorsque j’ai été en mesure de fournir à mes collègues médecins des données sur la morbidité et la mortalité pertinentes à chacune des populations qu’ils desservaient, cela a facilité notre discussion sur les problèmes de santé importants du point de vue de la population et sur la manière dont nous pourrions travailler ensemble à les juguler.”

D’où l’importance de créer et maintenir des bases de données liées à l’échelle provinciale ou territoriale pour assurer un accès rapide aux données pertinentes.

ICON_related_FR

Sujet connexe : Infrastructure d’information et de communication harmonisée

 

L’accès aux données et les ententes de services peuvent faciliter la disponibilité des données en soutien à la collaboration. Par exemple, en Colombie‑Britannique, la nouvelle First Nations Health Authority (autorité de la santé des Premières nations) et la Provincial Health Services Authority (autorité provinciale des services de santé), deux organismes à l’échelle provinciale, ont un accès aux données et des ententes de services qui facilitent le travail de collaboration de la First Nations Health Authority. L’intégration de la santé publique et des services de première ligne est un objectif important de la First Nations Health Authority.

Accès à des lignes directrices et à des normes en matière de pratique
L’accès, tant pour les praticiens de la santé publique que pour ceux des services de première ligne, à des lignes directrices qui peuvent éclairer et appuyer la pratique peut également favoriser et encourager la collaboration. En Ontario, par exemple, l’Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario (RNAO) a élaboré des lignes directrices sur les pratiques exemplaires pour les infirmières et infirmiers. Beaucoup de ces lignes directrices s’appliquent aux infirmières et infirmiers de la santé publique aussi bien qu’à ceux des services de première ligne, notamment une ligne directrice intitulée Developing and Sustaining Interprofessional Health Care: Optimizing patient, organizational, and system outcomes. (Consulter http://rnao.ca/bpg/guidelines/interprofessional-team-work-healthcare [en anglais seulement])

De la même manière, en Colombie‑Britannique, le ministère de la Santé a élaboré des examens d’éléments probants et des documents sur les fonctions de base (model core program papers) pour 21 programmes de base de la santé publique. L’objet de ces documents est de guider les autorités de santé dans la mise sur pied de pratiques exemplaires. Ces examens d’éléments probants et ces programmes de base s’adressent aussi bien aux praticiens de la santé publique qu’à ceux des services de première ligne. Ils mettent en lumière l’importance des partenariats et des collaborations, non seulement entre la santé publique et les services de première ligne, mais aussi avec d’autres secteurs. Consulter health.gov.bc.ca/public-health/quickfinder.html (en anglais seulement). Cependant, comme dans les lignes directrices sur les pratiques exemplaires de la RNAO, il y a très peu d’information dans ces examens sur la « manière de faire » la collaboration.

Interprofessional learningCréation de Comités Entre Directions, Divisions, et Ministères
Un excellent exemple de stratégies inter-directions est la création d’un comité mixte pour examiner les services cliniques de prévention au ministère de la Santé de la Colombie-Britannique. Ce comité était conjointement présidé par des dirigeants dans chaque division responsable de la santé publique et des services de première ligne relevant des sous-ministres adjoints responsables de chaque division.

Cette codirection et le partage des responsabilités ont été une manifestation convaincante d’une collaboration efficace entre la santé publique et les services de première ligne et ont contribué à assurer que les points de vue des deux secteurs ont été mis de l’avant, comme indiqué dans le rapport final du comité et comme le démontre l’élaboration du Lifetime Prevention Schedule (calendrier de prévention pour la vie) de la province. (Colombie‑Britannique, Ministry of Health Services. The Report of the Clinical Prevention Policy Review Committee: A Lifetime of Prevention, 2009. Voir http://www.health.gov.bc.ca/library/publications/year/2009/CPPR_Lifetime_of_Prevention_Report.pdf, (en anglais seulement)

Partage de Portefeuilles Entre Santé Publique et Services de Première Ligne 
Un nouveau poste a été créé au ministère de la Santé de la Colombie-Britannique, celui de directeur conjoint, collaboration entre santé publique et services de première ligne. Ce poste envoie un message clair aux autres entités gouvernementales relativement à l’importance de la collaboration entre ces secteurs. De plus, cela fait en sorte que les préoccupations des deux secteurs de la santé sont prises en compte pour appuyer les orientations stratégiques de la province, ce qui inclut l’accent mis sur la collaboration dans l’ensemble du système de santé.

Ce type de portefeuille partagé par la santé publique et les services de première ligne est créé à l’échelle locale dans les provinces qui sont régionalisées. Cela peut présenter des défis dans les autres provinces canadiennes où le rôle des services de première ligne est limité, dans les organismes qui ne sont pas intégrés dans le système de santé plus vaste.

Initiatives Provinciales Qui Exigent la Collaboration Entre les Secteurs.
Une autre condition facilitante de la collaboration au niveau des systèmes est la mise en œuvre de grandes initiatives à l’échelle de la province qui exigent que les secteurs de la santé publique et des services de première ligne collaborent. Il existe de nombreux exemples de ce type d’initiative partout au pays.

Collaborative MeetingL’une des importantes initiatives en Colombie-Britannique est le projet STOP HIV/AIDS (projet de lutte au VIH/SIDA), qui a commencé par un projet pilote dans deux autorités de santé régionales, pour finalement être mis en œuvre dans toute la province. Les objectifs du projet sont d’assurer aux patients atteints du VIH/SIDA un accès rapide à des soins et des traitements sécuritaires et de grande qualité, de réduire le nombre de nouveaux diagnostics de VIH/SIDA, de réduire les répercussions du VIH/SIDA grâce à un dépistage efficace et précoce, d’améliorer l’expérience du patient à chaque étape du parcours lié au VIH/SIDA, et d’optimiser le système et les coûts afférents.

L’intention est que le processus soit « grandement collaboratif » (Colombie-Britannique, Centre for Excellence in HIV/AIDS, 2013) pour permettre aux gens d’apprendre les uns des autres et de mettre en pratique les connaissances apprises. On a mis sur pied une initiative collaborative de continuum de soins en matière de VIH (HIV Continuum of Care Collaborative) pour faciliter la collaboration entre tous les intervenants, notamment les clients et les praticiens des différents secteurs du système de santé. On trouvera plus de renseignements à ce sujet sur les sites suivants :

Un autre excellent exemple d’initiative à l’échelle provinciale a actuellement lieu dans au moins deux provinces : le projet Nurse-Family Partnership (partenariat infirmières-familles). Ce programme de visites prénatales et de première enfance à domicile pour les jeunes nouvelles mères défavorisées sur le plan social offre de nouvelles occasions de collaboration entre la santé publique et les services de première ligne. Pour plus de renseignements à ce sujet, consulter les sites Web suivants :

Modèles de Prestation de Services
Il incombe aux gouvernements provinciaux d’élaborer, de financer et de soutenir des modèles de prestation de services qui sont efficaces, qui satisfont aux besoins de la population et qui sont rentables en ce qui a trait à leur prestation. Le centre de santé communautaire est un modèle de prestation de service qui existe depuis assez longtemps dans plusieurs provinces. Ces organismes sont généralement financés soit par le biais d’un budget global, soit par capitation, soit par un modèle mixte de financement global ou par capitation et de rémunération à l’acte limitée.

Le mécanisme de financement offre du soutien à la collaboration entre les praticiens de la santé publique et ceux des services de première ligne. Ce financement provient de plusieurs sources, comme suit : soit en partageant des locaux dans un même bâtiment, soit par l’accent porté aux populations marginalisées et mal desservies qui ont des besoins particuliers tant en santé publique qu’en soins primaires, soit par l’absence d’une rémunération à l’acte qui peut agir comme mesure incitative pour passer plus de temps avec les patients.

Comme exemple de la santé provinciale et des services sociaux veuillez la vue l’emplacement du Québec: http://www.msss.gouv.qc.ca/en/index.php Pour de plus amples informations, voyez: http://publications.msss.gouv.qc.ca/acrobat/f/documentation/2004/04-009-05.pdf [sujet au changement 2015].

ICON_related_FRSujet connexe : Modèles de financement et mesures incitatives soutenant la collaboration