Conditions facilitantes

Les conditions suivantes sont favorables à l’élaboration de mandats, de visions et d’objectifs de collaboration clairs :

  • les parties approuvent de la collaboration ou en comprennent la signification et la pertinence
  • des ententes formelles sont établies
  • les services de première ligne et la santé publique visent des finalités communes

Des mandats, une vision et des objectifs de collaboration clairs sont favorisés lorsque les parties approuvent la collaboration (ou en comprennent la signification et la pertinence) à tous les niveaux d’une organisation. Ceci est d’autant plus manifeste lorsque des ressources sont dédiées à la collaboration.

Pour obtenir l’approbation de tous, il faut faire connaître la vision et les avantages de la collaboration auprès de toutes les parties prenantes, incluant les personnes et la population desservies.

Précisez clairement la valeur ajoutée pour tous ceux qui sont touchés par la collaboration, et soulignez ce qui en fait une situation gagnante pour tous. C’est particulièrement important lorsque vous devez surmonter des divergences d’orientation entre les secteurs.

Assurez-vous que les médecins, des acteurs clefs des services de première ligne, soient invités à participer et mobilisés. Informez les citoyens des avantages de la collaboration afin d’obtenir leur appui.

En fin de compte, il faut «vendre» votre collaboration!

Faites le lien entre les univers des services de première ligne et de la santé publique afin de mettre en lumière les avantages que chaque secteur tirera de son engagement, tels que le contrôle des infections transmissibles, la prévention des maladies chroniques, la promotion de la santé et l’intervention auprès de populations vulnérables ou difficiles à rejoindre. La collaboration doit séduire!

Dès le départ, il importe d’établir une entente formelle qui définit clairement les rôles et responsabilités ainsi que les objectifs de chacun dans la collaboration.

Voici quelques exemples :

  • Accords contractuels officiels, comme un protocole d’entente
  • Plan opérationnel qui fait la promotion de processus de planification, de coordination et de mise en œuvre intersectorielle
  • Élaboration de plans stratégiques, de buts et de cadres de référence
  • Politiques de confidentialité, de gestion de dossiers électroniques, de systèmes d’information et de responsabilités liées à la gestion de données.

Public Health Nurse

Une infirmière de santé publique nous met en garde : « L’approbation d’ententes formelles dépend de la culture et de la vision d’une communauté. Par exemple, quand on travaille avec des communautés des Premières nations ou avec des représentants de groupes d’immigrants, le processus pour établir des liens et bâtir la confiance peut être très long, bien avant qu’ils acceptent même l’idée d’élaborer un protocole d’entente. Un tel arrangement peut aller à l’encontre de leurs valeurs et de leurs croyances. »

Related Icon

Sujet connexe: Mécanismes de coordination et de communication stratégiques entre les partenaires
Sujet connexe: Relations de confiance et d’accueil

 

De plus, lorsque les orientations des services de première ligne et de la santé publique sont harmonisées, la collaboration a plus de chances de réussir. Dans de tels cas, les services de première ligne et la santé publique partagent des philosophies et des approches similaires; ou ils ont des orientations semblables en matière de protection, de prévention, de promotion de la santé ou d’une perspective populationnelle axée sur les déterminants de la santé.

Les messages transmis au sujet de la collaboration doivent avoir du sens pour les deux auditoires et prendre en compte les philosophies des deux secteurs. Cette administratrice souligne certaines différences à ce sujet :

Administrator

« Dans les directions régionales de santé qui fonctionnement bien, l’ensemble de l’organisation poursuit les mêmes objectifs pour la santé de la population. L’atteinte de certains objectifs passe par une meilleure offre de soins.

Pour l’atteinte d’autres objectifs, il faudra travailler sur des programmes traditionnels de santé publique, et dans d’autres cas, il faudra innover. C’est possible lorsque la santé publique et les services de première ligne travaillent ensemble sur ces deux orientations. »

Négociez dès le départ des rôles et des attentes clairs pour chacun des secteurs. N’oubliez pas de transmettre cette information aux partenaires et de préciser de quelle manière les activités permettent d’atteindre les buts visés par la collaboration. Assurez-vous que les descriptions de poste de chacun des intervenants soient conformes aux activités de la collaboration, et soyez disposés à apporter des modifications au fur et à mesure que la collaboration évolue.