Cas Type

La Colombie-Britannique a mis sur pied un certain nombre de modèles de prestation de services qui soutiennent la collaboration entre la santé publique et les services de première ligne.

Exemple 1:

ICON_ExampleFRLes divisions des pratiques familiales (Divisions of Family Practice) sont un modèle instauré en 2010 en Colombie-Britannique. Les divisions sont constituées de groupes de médecins de famille en milieu communautaire qui travaillent ensemble à l’atteinte d’objectifs communs en soins de santé (https://www.divisionsbc.ca/provincial/home) [en anglais seulement]. Les exigences pour qu’une division puisse apporter des changements de pratique et des changements à l’échelle des systèmes sont les suivantes : les médecins de famille doivent participer à un réseau ou avoir une pratique, la pratique doit fournir des soins complet, et, plus important encore, les médecins doivent également travailler en partenariat avec leur autorité de santé, le comité de services de médecine générale (General Practice Service Committee), qui est un comité tripartite avec représentants du ministère de la Santé, de l’association médicale de la Colombie-Britannique et des autorités de santé, et avec le ministère de la Santé. (https://www.divisionsbc.ca/provincial/devstages) [en anglais seulement]

Comme vous le voyez, ce modèle a le potentiel de faciliter la collaboration, non seulement avec la santé publique, mais également avec les autres organismes du système de santé et avec la communauté. Au départ, certaines personnes travaillant dans les autorités de santé craignaient que les divisions mettent principalement l’accent sur les soins médicaux au sein de la pratique et sur les avantages pour les médecins. Cependant, à mesure que les divisions ont évolué, un projet de recherche sur le renouvellement de la santé publique en Colombie-Britannique a révélé que de nombreuses divisions avaient fait appel à des praticiens de la santé publique des autorités de santé pour qu’ils leur apportent de l’aide. Par exemple, sur les déterminants de la santé, pour promouvoir l’équité en matière de santé, pour aborder les questions du logement, et pour améliorer les services de prévention au sein de leurs pratiques. (MacDonald et al., 2013)

Exemple 2:

ICON_ExampleFRLe réseau intégré de la santé (Integrated Health Network) de la Colombie-Britannique est un autre exemple. Ces réseaux intégrés de santé fournissent des services de soutien aux bureaux de médecins de famille, aux patients et aux équipes de praticiens pour les aider à gérer les maladies chroniques. Un réseau intégré de santé est le mécanisme qui soutient et officialise les liens essentiels entre les organismes et ressources communautaires et les services de première ligne, et qui redistribue les services de l’autorité de santé et ceux des spécialistes pour les intégrer aux services de première ligne. L’amélioration des résultats sur la santé de la population est le moteur de l’élaboration et de la mise en œuvre de chaque réseau.

Divers autres professionnels de la santé, notamment des praticiens en santé publique, peuvent faire partie des équipes de pratique dans les réseaux intégrés de santé. Un de ces réseaux intégrés de santé travaille en étroite collaboration avec l’observatoire de la santé des populations (Population Health Observatory) de l’autorité de santé pour fournir les données nécessaires aux services axés sur la population dans le réseau intégré de la santé, plus particulièrement aux Premières nations et aux populations rurales.

De plus, les réseaux intégrés de santé collaborent avec une diversité de partenaires communautaires à offrir des programmes et des services liés à la prévention et à la gestion des maladies chroniques. Dans certains cas, les unités ou autorités de santé locales participent à ces réseaux.